Invitation à la lecture

A la rentrée de Septembre, le Prix littéraire de l’UIAD a été attribué à Giosuè Calaciura pour son roman Borgo vecchio.

Depuis, contact a été pris avec l’écrivain italien, invité à venir rencontrer les lecteurs de l’UIAD, dès que les conditions sanitaires le permettront.  Patience …. En attendant, le comité d’organisation ronge son frein.

Mais voici qu’est publié un nouveau livre de Giosuè Calaciura, qui confirme joliment le talent de l’écrivain et … le choix du jury.

 

Giosuè Calaciura, LE TRAM DE NOËL, Notabiia, 2020

Dans le tram, à part le conducteur enfermé dans sa cabine, il n’y a personne. Ah si ! un enfant nouveau-né déposé sur un siège à l’arrière… il ne pleure pas, ne fait pas de bruit.

Au premier arrêt monte un couple mal assorti, une jeune fille noire – déjà vieille de voyages, d’abus et d’aventures – et son client, blanc, à peine moins pauvre qu’elle.

A l’arrêt suivant, deux hommes : un domestique et un vendeur de parapluies, clandestin bien entendu.

Et ainsi de suite. A chaque arrêt, c’est toute la misère du monde qui monte dans ce tram qui roule dans la nuit noire et emmène ses étranges passagers regroupés autour de l’enfant nouveau-né vers leur destin.

 Le Tram de Noël est un conte façon Dickens, que l’on commence avec un certain détachement avant de se laisser prendre à cette fable toute simple en 12 chapitres, une fable qui nous parle du monde d’aujourd’hui, éclairé seulement par la lumière intermittente des réverbères. Mais un monde qui malgré sa grande misère n’est pas dépourvu d’humanité.

Les personnages de Giosuè Calaciura, bien que fictifs, ressemblent à ceux que l’on croise dans la rue sans les voir, ou plutôt sans les regarder.  Ce sont les mots de Calaciura qui permettent au lecteur d’ouvrir les yeux, d’imaginer leur histoire, de ressentir leur détresse.  Au talent de l’écrivain s’ajoute celui de l’illustrateur, Gérard Dubois, qui fait surgir de la nuit ce tram rouge et ses passagers.

Au final, un joli petit livre, mais aussi un livre grave, que l’on offrirait volontiers autour de soi. Peut-être pas à des enfants, mais à des amis c’est certain.

Nicole Dupré

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Rey dit :

    Merci pour ces idées de lecture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.