Svetlana

Benoît Reiss est un jeune auteur, né en 1976, qui n’a jamais reçu de prix littéraire. Il a publié plusieurs livres, dont Aux Replis chez Cheyne, excellent comme celui que je voudrais vous présenter : Svetlana.

Belle écriture poétique pour la supplique d’une citoyenne russe à Svetlana, la fille de Staline. Le mari et le fils de cette femme sont enfermés dans le Grand Commissariat et elle n’en a aucune nouvelle. Cette femme chuchote ses confidences contre son oreiller pour ne pas être entendue, pour déjouer les écoutes de la police et la délation permanente. Contraste saisissant entre sa vie actuelle de privations et la vie imaginée de Svetlana qui ne manque de rien, cajolée par son père qui est aussi le Père de l’Union et ne peut donc être au courant des atrocités.

La vie antérieure de la femme est bien évoquée. Sa vie amoureuse quand elle rencontre Grisha son futur mari dans les hautes herbes de la plaine à scruter les constellations dans le ciel d’été. Sa vie maternelle quand elle accouche ou lorsque leur fils Danya grimpe sur la terrasse de leur immeuble et découvre un espace de liberté.

Il s’agit d’un transfert de la vie imaginée de Svetlana par la femme du peuple sur sa vie de famille perdue. Les épisodes s’enchainent comme ceux d’une rêverie, sautant d’un moment à un autre, d’un lieu à un autre, toujours imprégnés de nostalgie, jamais de révolte, sentiment qu’on devine impensable pour cette femme.

Henri Berger, étudiant de l’UIAD

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.