Un travail comme un autre

DU ROMAN À LA BANDE DESSINÉE

Je l’attendais depuis un certain temps.

Commandé à ma librairie préférée, il est arrivé pile le jour de sa parution, preuve que les vraies librairies font, en matière de livraison, aussi bien qu’Amazon !

De quoi s’agit-il ? De la version graphique du roman de Virginia Reeves paru en 2017 : Un travail comme un autre. L’entreprise est étonnante et n’a pas pris moins de 2 ans à Alex-W-Inker pour venir au bout de sa tâche. D’abord parce que le roman d’origine aborde des thèmes aussi variés que la pauvreté du monde rural, les relations de couple, le racisme, la prison, la chaise électrique …  des sujets graves certes, mais  au final un roman très équilibré avec des personnages qui ne laissent pas indifférents. Ensuite, parce que les dessins demandent à être documentés pour correspondre à la réalité historique et géographique.

Les lecteurs de l’UIAD s’en souviennent certainement puisque le roman de Virginia Reeves avait obtenu le Prix littéraire 2017 et que nous avions eu par la suite le très grand plaisir de recevoir l’auteur dans nos murs.

En adaptant le roman, le dessinateur fait forcément des choix : style graphique, couleurs bien sûr, mais aussi des choix d’interprétation, en mettant en valeur tel personnage plutôt que tel autre, tel événement plutôt que tel autre. Bien que souvent réfractaire aux transpositions cinématographiques ou graphiques, j’ai apprécié la lecture de cette bande dessinée qui, sans trahir le roman, en propose une lecture légèrement différente de la mienne. Et puisque lire c’est toujours faire des choix, il est toujours intéressant de confronter ses propres choix de lecture à ceux d’un autre lecteur.


 

 

Ceci dit, il n’est pas indispensable d’avoir lu le roman de Virginia Reeves pour apprécier celui d’Alex-W-Inker qui se suffit parfaitement à lui-même. En revanche l’interview de l’auteur publiée sur le site de France Inter est un intéressant complément  à sa lecture :

https://www.franceinter.fr/culture/bande-dessinee-un-travail-comme-un-autre-par-alex-w-inker-la-grande-depression-a-travers-un-loser-eclaire

Nicole Dupré

 

 

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. CB dit :

    Je ne connaissais pas ce jeune auteur, né en 1986. J’ai eu du mal à entrer dans les images de cette BD, notamment la couleur orange très agressive omniprésente qui m’a fait carrément mal aux yeux tout du long. Peu à peu je m’y suis habituée.
    Certes je ne voyais pas les personnages aussi caricaturaux, surtout Roscoe, tout du moins ce dont je me souviens. Roscoe ne m’était pas antipathique, Mary si. Mais au final, même si le point de vue et le parti pris m’ont plutôt dérangée, ils traduisent bien l’ambiance trouble et la violence du roman.
    La fin de la BD, interprétation beaucoup plus radicale et que celle de Virginia Reeves, nous laisse sur une image pleine page très brutale, sur le plan graphique comme sur l’issue choisie.
    J’ai surtout beaucoup aimé le graphisme des paysages : champs de coton et maïs ou poteaux électriques…
    Pour en savoir un peu plus sur ce jeune auteur A-W-Inker, aller sur son site : https://alexwinkercomix.wordpress.com.
    CB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.