Version moderne du petit chaperon rouge

Vous pourrez lire ci-dessous un extrait d’un conte revisité par G Jugnot:

Nous invitons les amateurs à s’inspirer de cette idée pour inventer de nouvelles versions de contes traditionnels et à nous faire part de leurs écrits : à vos plumes !

Le petit chaperon rouge:

— Bref, le loup prit goût aux légumes.

Un matin qu’il traversait la clairière d’une grande forêt qui tentait de se refaire une santé après qu’un fumeur inconscient eut incendié quelques centaines de ses hectares, son flair, passant outre l’odeur de brûlé, le mit en alerte. Ou plutôt en appétit.

Un petit chaperon rouge, une jolie fillette appétissante, son pot de beurre et sa galette sous le bras, marchait d’un pas alerte sur le chemin qui menait, selon toutes probabilités, chez sa grand-mère.

Par chance, les enfants de la vieille n’avaient pas les moyens de la placer dans une maison de retraite, et elle passait sa fin de vie dans une bicoque perdue au fond des bois sans grande valeur immobilière. Ça aussi, c’était une chance : les descendants ne comptaient pas dessus. Bref, ils envoyaient leur fille de temps en temps avec quelques victuailles et de l’eau quand le réchauffement climatique provoquait une canicule.

Le loup avait repéré la fillette. Il avait surtout l’œil rivé sur la galette et le pot de beurre. Discrètement, il la suivait. De souches calcinées en branchages roussis, son pelage noir se fondait dans ce paysage lunaire.

La fillette s’apprêtait à tirer la chevillette de la porte de sa mère-grand afin que la bobinette chût, quand le loup se décida à passer à l’attaque. Plus vif que l’éclair, il bondit sur la galette et le pot de beurre. Mais l’enfant, qui en avait vu d’autres, sortit de sa besace une bombe anti-agression qui aveugla le pauvre loup.

Alertée par ce remue-ménage, la grand-mère retrouva un semblant de vie. Elle apparut sur le pas de la porte et paralysa l’animal d’un coup de Taser que son défunt mari lui avait offert pour ses 70 ans.

Le loup, pétrifié, fit un infarctus massif et foudroyant. Son dernier regard fut pour ce délicieux pot de beurre qui s’était renversé dans le panier sur la jolie galette croustillante. Il succomba promptement en salivant néanmoins…

Décidément revigorée par cet épisode mouvementé, la vieille femme alla chercher un grand couteau de ranger, cette fois offert pour la fête des Mères par son fils, et se mit à dépecer le pauvre animal.

Extrait de « C’est l heure des contes par Gérard Jugnot »

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.