Ça m’a même amusée !

Petite réflexion sans prétention sur une expérience personnelle pendant le confinement

Depuis le premier jour, sous l’impulsion de ma fille médecin libéral généraliste, je me suis attaquée à la fabrication de masques en tissu ; j’ai une machine à coudre, des quantités de restes de tissu et ça me semblait « utile », même si j’étais consciente que le modèle du CHU de Grenoble ne pouvait pas remplacer les masques de soignants.
C’est là que j’ai retrouvé des réflexes, des trouvailles, des idées qui me remettent en lien avec les récits de ma mère qui, au temps de la guerre, s’était fait des jupes en patchwork faites de bric et de broc – on les trouverait absolument à la mode maintenant. Et qui, le jour de son mariage en 44 ne possédait en propre, que sa culotte…
Alors la machine tourne, je racheterai de l’élastique à la prochaine visite au super marché ; zut ! plus rien, bien sûr, je prends quand même une bobine de fil.
Profitant aussi d’un nettoyage en règle de la maison – ça c’est mon mari qui s’est attaqué à ce travail digne des DanaÏdes ) je retrouve : miracle ! des masques qu’on donne dans les avions, pas moins de 6 masques, les élastiques sont parfaits pour l’usage. Un drap housse est au bout du rouleau ! là aussi les ourlets patiemment décousus on récupère 3 m de bon élastique bien souple ! Doublure avec du tissu d’une taie de traversin qu’on n’utilise plus… Pour les filtres entre les 2 couches de tissu, la fibre de rembourrage achetée pour les cours de cartonnage à l’UIAD est parfaite, testée au lavage ça tient
Je n’ai quand même pas osé ni les filtres à café ni les sacs aspirateurs textile non tissé….
Bref ça m’amuse de voir comment la débrouille retrouve ses droits, et comment on rejoint par la pensée les générations qui nous ont précédées.

Les années 1940

2020

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Geneviève Lunardi .

 

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. CB dit :

    Et, « le jour d’après », quand reviendra le temps de circuler sans barrières, quand nous mettrons « bas-les masques », pourquoi ne pas « s’amuséer » en montant une mini-exposition de tous les masques en tissus colorés et bigarrés réalisés par les adhérents « les jours pendant » ?? CB

  2. Nicole Dupre dit :

    Jolie histoire, bien racontée!

  3. Boutin Francois Régis dit :

    Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.