Cours Mers et Océans

Le cours sur Les Mers et les Océans a cherché et trouvé ses modalités et son calendrier.

1 – Les modalités de diffusion.

Nous utiliserons Zoom.

Une fois l’application téléchargée, vous ouvrirez le lien que je vous enverrai avant le cours.

Durant la séance, je pourrai mettre des documents à l’écran, les commenter ; et vous-même pourrez intervenir.

Pour cela, vous devez être équipé. Si vous utilisez un ordinateur avec une tour, vous n’avez peut-être pas de micro ni de caméra. Les magasins d’informatique, qui restent ouverts, proposent, pour quelques dizaines d’euros, un petit appareil qui se pose sur l’écran et retransmettra votre image et votre voix. Sinon, vous serez simple auditeur.

Je vous remercie par avance d’excuser les éventuels cafouillages.

2 – Le calendrier.

Conformément au principe adopté par l’UIAD, nous conservons les dates prévues.

Toutefois, les séances, qui ont lieu tous les quinze jours, sont décalées. Celle du lundi 2 novembre est reportée au lundi 16. Cela permet de réduire les modifications de l’agenda et, quand le dé-confinement surviendra, de reprendre l’emploi du temps prévu.

Rendez-vous le lundi 16 novembre 2020 vers 13 h 45 devant l’écran.

Le cours portera, suivant le souhait des participants, sur la redistribution des populations.

Après les temps préhistoriques et la conquête du monde par Homo sapiens, nous verrons, dans la continuité du cours qui a traité de la découverte et de la domination, par les pays européens, des Amériques, de l’Afrique et de l’Asie, les grands échanges mondiaux, forcés (traite des Noirs), volontaires (émigrations), et les mouvements épisodiques (exodes ou regroupements), dont la plupart sont passés par les mers et océans.

Nous distinguerons ensuite, parmi les migrants actuels, les politiques et les économiques, dont beaucoup doivent franchir des eaux marines et mettent en vedette les détroits, les lieux d’accueil ou d’échouage.

Enfin, nous envisagerons les prochains migrants, les climatiques, chassés par la péjoration des températures et/ou des précipitations et la montée du niveau des mers.

Jean-Pierre CHARRE

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.