La Saint Glin Glin

JUSQU’A LA SAINT GLIN GLIN

Non, il ne l’a pas dit, mais combien d’entre nous l’ont pensé ? A la Saint Glin Glin ! Les « vénérables vulnérables » resteront confinés jusqu’à la Saint Glin Glin !

S’il ne l’a pas dit c’est parce qu’il est trop jeune et ne connaît sans doute pas l’expression. Elle sonne pourtant joliment et son histoire, telle que je l’ai trouvée sur le net est assez amusante. Pas de « saint » mais un « seing », vocable de juriste. Et un son, emprunté à la langue germanique qui sonne comme une cloche : « kling, kling ». Laissez faire le temps et la déformation naturelle des sons, voici Saint Glin Glin, le Saint qui n’a pas trouvé de place dans le calendrier.
Et pour cause, puisqu’il n’existe pas.

https://www.expressio.fr/expressions/a-la-saint-glinglin

En revanche j’ai retrouvé la trace de Saint Glin Glin dans un petit livre de Robert Escarpit, brillant universitaire et amoureux de la langue française qui pour une quinzaine d’expressions du même acabit invente une histoire. Des histoires à dormir debout et à sourire.

Mais je n’en ai pas fini avec la Saint Glin Glin parce qu’on retrouve l’expression dans une chanson écrite par Bertold Brech pour La Bonne âme de Se-Tchouan, traduite par Boris Vian et interprétée par Catherine Sauvage. Voilà vous savez tout ! Non ? Vous voulez en plus les paroles ?

https://www.antiwarsongs.org/canzone.php?lang=fr&id=46319

Et quand vous aurez fini d’écouter la chanson et de creuser le Net pour en savoir un peu plus sur les drôles expressions françaises, Robert Escarpit, B. Brecht, B. Vian et Catherine Sauvage, vous aurez comme moi oublié que la sortie du confinement ce n’est pas pour demain, mais plutôt pour la semaine des quatre jeudis, ou quand les poules auront des dents. Ce qui nous laisse encore pas mal de temps pour nous instruire et nous divertir.

Nicole Dupré

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Catherine Blanchard dit :

    « y-en a pour la vie des rats », disait souvent ma grand mère, expression certes moins harmonieuse et moins joyeuse que la Saint-Glinglin, moins poétique aussi. Mais moi, qui trouvait cette évocation laide et aimait la mythologie grecque, j’entendais « pour la vie d’Héra ». Au final cette expression serait une déformation de  » y-en a pour la vie durant »… Autrement dit « On n’est pas encore sorti de l’auberge » !
    En tout cas merci pour ce bref moment musical en compagnie de Catherine Sauvage, Brecht, Vian, sans oublier Robert Escarpit. C.B.

  2. BLANCHETIERE MF dit :

    J’ai lu un extrait d’un jugement qui en parlait. Un contrat avait été signé avec comme date de résolution la Saint Glin-Glin et l’homme n’arrivait pas à se faire payer. Le juge a décidé que la Saint Glin-Glin se fêtait comme tous les autres saints à la Toussaint et le paiement aurait donc lieu le 1er novembre. MFB

  3. MHR dit :

    Merci pour ces expressions qui s’appliquent parfaitement à la situation.
    Heureusement comme le dit une personne dans un commentaire il y a la Toussaint qui l’emporte. Quelque chose à l’horizon…

Répondre à Catherine Blanchard Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.